Crédit immobilier : Les taux pourraient baisser à 3 % ! Est-ce le bon moment pour renégocier son crédit ?

Face à la baisse annoncée des taux de crédit immobilier, de plus en plus d’emprunteurs optent pour une renégociation de leur prêt. Entre économies spectaculaires et nouvelles opportunités d’achat, le contexte semble propice pour revoir les conditions de son endettement. Mais quelles sont les clés d’une renégociation réussie ? Dans quelles conditions les taux pourraient-ils vraiment chuter sous la barre des 3% ? Eléments de réponse.

Crédit immobilier : des renégociations déjà très fructueuses

L’amorce de la baisse des taux a déjà permis à certains emprunteurs de bénéficier d’économies spectaculaires sur le coût de leur crédit immobilier.

Un ménage qui renégocierait son crédit de 700 000 euros de 4,9% à 3,8% aujourd’hui, pourrait ainsi réduire les intérêts totaux de leur crédit de 100 000 euros. Il y a donc de belles économies à réaliser.

Ces opportunités s’adressent toutefois en priorité aux emprunteurs ayant contracté un crédit à plus de 4,2% ces derniers mois. Pour eux, l’écart à combler est déjà substantiel et leur offre la possibilité de diminuer significativement le coût global de leur prêt. Même en tenant compte des frais de renégociation, le jeu peut en valoir la chandelle.

Des banques de plus en plus offensives

Encouragées par la dégringolade continue des taux directeurs, les banques commencent aussi à formuler des offres de renégociation parfois sans demander d’apport. Même si cette pratique n’est pas encore généralisée à l’ensemble des établissements, la tendance semble bien amorcée.

Les banques cherchent en effet à fidéliser leurs clients existants dans un contexte de ralentissement du marché immobilier. Elles n’hésitent plus à prendre les devants pour proposer des renégociations, y voyant un moyen de limiter les risques sur leurs encours de crédit.

À lire également  Crédit immobilier : face à la hausse des taux, les prix commencent à chuter !

Quelles conditions pour une renégociation optimale ?

Pour espérer une renégociation vraiment fructueuse, il faut :

  • un écart d’au moins 0,7 point entre l’ancien taux et le nouveau.
  • Être dans la première moitié de remboursement.

Il est également conseillé de bien comparer les offres de différentes banques, certaines se montrant plus agressives pour capter ces profils d’emprunteurs. Les courtiers spécialisés peuvent aider à identifier la meilleure proposition.

Vers une baisse historique sous les 3% ?

Selon les prévisions, les taux pourraient chuter en moyenne à 3,2% d’ici fin 2024 sur 20 ans, un plancher historique. Sur un crédit de 200 000 euros, chaque baisse d’un point représenterait plus de 19 000 euros d’économies potentielles.

Cette dégringolade s’explique par plusieurs facteurs :

  • la politique expansionniste de la BCE,
  • l’anticipation d’un reflux de l’inflation,
  • ou encore la guerre des prix que se livrent les banques pour capter la clientèle.

Difficile dans ce contexte de voir un renversement de tendance à court terme.

Le bon moment pour acheter ?

La baisse des taux devrait également impacter à la baisse les prix de l’immobilier. Une aubaine potentielle pour les primo-accédants dans les zones tendues, à condition de rester prudents face aux risques de retournement du marché. Un achat doit avant tout se faire sur des critères de projet de vie.

L’attentisme est une stratégie risquée si la baisse des prix n’est que temporaire avant une remontée liée à la reprise de la demande. Mieux vaut saisir les opportunités d’achat lorsqu’elles se présentent, en étant bien conseillé.

Le contexte semble donc favorable pour renégocier un crédit immobilier et en faire baisser significativement le coût. Une occasion à saisir pour de nombreux emprunteurs.

À lire également  Succession : Combien de temps le notaire peut-il garder l’argent de votre héritage ?

Ces articles pourraient vous intéresser

G&P vous aide à comprendre les aspects importants de la gestion de patrimoine.

Resources

Blog