L’assurance vie : l’épargne à portée de main

Vous souhaitez épargner, préparer votre retraite, financer un projet à moyen terme ou assurer la transmission de votre patrimoine dans des conditions fiscalement avantageuses ? Alors l’assurance-vie pourrait bien vous intéresser. Gestion & Patrimoine fait le point pour vous sur ce produit d’épargne polyvalent, très apprécié des français.

L’assurance-vie : qu’est-ce que c’est ?

L’assurance-vie est un contrat d’assurance permettant à l’épargnant de se constituer un capital grâce à des versements libres ou programmés.

Ce placement financier offre une grande flexibilité ainsi que des avantages fiscaux proportionnels à la durée de détention.

En cas de décès, le capital constitué est transmis aux bénéficiaires désignés.

Voici les principales caractéristiques de ce produit polyvalent :

UtilisationÉpargne à moyen ou long terme.
VersementsVersements initiaux, réguliers ou non, sans limite de montant.
AccessibilitéPour toute personne majeure ou morale juridiquement capable.
RendementVariable selon les supports choisis (fonds euros, unités de compte)
FlexibilitéRachats possibles à tout moment, avec une fiscalité avantageuse après 8 ans.
SouscriptionPossible auprès d’assureurs, agents, courtiers, banques ou associations d’épargnants.

Tout cela vous intéresse ? Alors, voyons d’un peu plus près comment elle fonctionne.

Comment fonctionne l’assurance-vie ?

L’assurance vie, c’est un peu comme une tirelire dans laquelle vous placez de l’argent. Vous pouvez y mettre des sous quand vous voulez et à tout âge.

Ensuite, la compagnie d’assurance s’occupe de faire “grandir” cet argent pour vous, en le plaçant sur différents supports d’investissement.

Concrètement l’assurance-vie fonctionne comme suit :

  1. Le contrat est passé entre vous (souscripteur) et une compagnie d’assurance.
  2. Vous versez de l’argent, régulièrement ou non, sans limite de montant.
  3. L’assureur fait “travailler” votre épargne pour la faire fructifier (augmenter).
  4. Vous choisissez des bénéficiaires qui recevront l’épargne accumulée, sous forme de capital ou de rente, à une date précise ou lors d’un événement particulier (décès, retraite…).

En revanche, il existe plusieurs types de contrats d’assurance-vie, alors il faut bien les identifier pour être sûr(e) de choisir celui qui vous correspond…

Quels sont les différents contrats d’assurance-vie ?

Il existe plusieurs types de contrats d’assurance-vie que vous pouvez choisir en fonction de vos besoins et de votre appétit pour le risque.

Voici les trois principaux :

  1. Les contrats monosupport en euros : Les versements sont investis dans des produits sans risques, comme des obligations d’État. Le capital investi est garanti, et les intérêts sont ajoutés chaque année. Idéal pour ceux qui recherchent la sécurité.
  2. Les contrats multisupports : Les versements sont investis dans des produits sans risque et des produits liés à la bourse (obligations, actions, fonds…). Ils sont plus risqués que les contrats en euros, mais peuvent offrir de meilleures récompenses.
  3. Les contrats “croissance” ou “eurocroissance” : Ce sont des contrats spécifiques qui comportent une garantie en capital partielle ou totale des sommes investies à l’échéance choisie (minimum 8 ans). Ils visent à financer les entreprises, notamment les PME.

Chaque type de contrat a ses atouts et inconvénients :

  • les monosupports en euros offrent la sécurité,
  • les multisupports permettent une diversification et un potentiel de rendement plus élevé,
  • et les contrats “croissance” ou “eurocroissance” combinent une garantie en capital avec un objectif de soutien aux entreprises.

Vous l’aurez compris, chaque contrat a ses spécificités et tous ne vous conviendront pas forcément. C’est pourquoi il est important d’en choisir un qui vous correspond.

Le souci c’est que, quand on n’est pas spécifiquement expert en la matière, ça peut être un peu compliqué… Pas de panique, G&P vous donne les 4 éléments à impérativement prendre en compte pour bien choisir le contrat fait pour vous.

Comment bien choisir son contrat d’assurance-vie ?

Pour bien choisir votre contrat d’assurance-vie, il y a plusieurs critères à analyser. Il faut :

  • Déterminer vos objectifs et votre appétence au risque.
  • Faire attention aux frais appliqués.
  • Évaluer le rendement potentiel sur le long terme.
  • Vérifier les options de gestion disponibles.

Évaluer vos objectifs et votre tolérance au risque

Définir votre profil d’épargnant est crucial pour orienter votre choix de contrat, en fonction de votre préférence pour la sécurité ou pour une approche plus offensive. Avant d’investir en assurance-vie, il est donc essentiel de déterminer vos objectifs et les risques que vous êtes prêt à prendre.

Pour cela vous devrez notamment vous poser des questions telles que :

  • Quel est l’objectif poursuivi (préparation de la retraite, transmission aux enfants, etc.) ?
  • Quels risques suis-je prêt(e) à accepter ?
  • Combien de temps puis-je immobiliser l’argent placé ?
  • Quelle somme puis-je investir ?

Une fois que vous avez clarifié votre profil et vos attentes, vous pourrez choisir le contrat d’assurance-vie adapté à votre situation.

Connaître ces éléments vous permettra également de vous orienter vers le bon interlocuteur. Un épargnant audacieux pourra consulter un conseiller en gestion de patrimoine ou un courtier en ligne, tandis qu’une personne privilégiant la sécurité pourra se tourner vers sa banque ou un assureur.

Étudier les frais associés aux contrats d’assurance-vie

Les contrats d’assurance-vie comprennent différents types de frais, qui influencent le rendement de votre placement.

Pour faire le meilleur choix possible, il est donc crucial de comparer les frais des différentes assurances-vie avant de vous engager.

Parmi les principaux frais à prendre en compte il y a notamment :

  • Les frais de dossier : Ces frais, souvent inclus dans les frais de versement, varient généralement entre 0 et 5% du montant investi.
  • Les frais de gestion : Ils sont prélevés annuellement sur le contrat et se situent entre 0,5% et 1,5%. Ils couvrent l’administration et la gestion financière du contrat.
  • Les frais d’arbitrage : Ces frais s’appliquent lorsque vous transférez des sommes d’un support à un autre. Ils représentent en moyenne 1% du montant concerné.
  • Les frais sur versement : Ils sont prélevés sur chaque versement effectué sur le contrat, jusqu’à 2% du montant investi.
  • Les frais de transaction : Des frais supplémentaires peuvent s’appliquer lors de la souscription de fonds non classiques.

Comme vous le voyez, certains de ces frais peuvent être assez élevés. C’est pourquoi il est primordial de bien prendre le temps de les étudier et de les comparer avant de souscrire un contrat d’assurance-vie.

Comparer le rendement des différentes assurances-vie sur la durée

Le rendement des contrats d’assurance-vie est un critère essentiel pour choisir le bon placement.

Le problème c’est que les rendements sont assez complexes à appréhender lorsque l’on n’est pas forcément un investisseur aguerri…

Voici donc 3 conseils à absolument garder en tête pour évaluer le rendement d’un contrat d’assurance-vie :

  1. Ne vous fiez pas uniquement aux performances passées, car elles ne garantissent pas les performances futures.
  2. Comparez les taux de rendement de plusieurs contrats entre eux, en prenant en compte les frais associés à chacun.
  3. Privilégiez les contrats ayant démontré une performance constante et supérieure à la moyenne sur une période de plusieurs années.

Par exemple, un fonds en euros affichant un taux de 2,8% en 2022 plutôt que 1% représente un rendement supplémentaire de 1,8%. Pour un versement mensuel de 100 euros, cette différence se traduit par environ 10 euros gagnés en plus sur une année.

N’oubliez pas que l’évaluation du taux de rendement doit être faite en fonction de vos objectifs et de votre profil d’épargnant. Un choix judicieux vous permettra de profiter pleinement des atouts de l’assurance-vie tout en sécurisant votre épargne et en optimisant vos gains.

Vérifier les options de gestion disponibles

Lorsque vous choisissez un contrat d’assurance-vie, il est important de vérifier les options de gestion proposées.

Ces options vous permettent de gérer vos placements en fonction de votre niveau de connaissance en finance et du temps que vous êtes prêt à consacrer à la gestion de votre épargne.

Voici les trois principales options de gestion disponibles :

  1. La gestion libre : Vous gérez vous-même votre contrat en effectuant des arbitrages entre les différents supports.

Cette option convient aux épargnants avertis qui souhaitent maîtriser l’allocation de leurs fonds et suivre régulièrement l’évolution de leurs placements.

  1. La gestion sous mandat (ou gestion pilotée) : Vous confiez la gestion de votre contrat à un professionnel (assureur, distributeur ou gestionnaire indépendant) qui effectue les arbitrages en fonction de mandats ou de profils pré-définis (prudent, équilibré, dynamique).

Cette option est adaptée aux épargnants qui manquent de temps ou de connaissances financières pour gérer eux-mêmes leur portefeuille.

  1. La gestion conseillée (ou gestion profilée) : L’assureur ou le distributeur vous propose des répartitions de fonds selon différents profils en fonction de votre appétence au risque.

Vous avez le choix de suivre ces conseils ou non, ce qui vous laisse une certaine liberté tout en bénéficiant d’une expertise pour optimiser vos placements.

Il est essentiel de choisir l’option de gestion qui correspond à vos besoins, à votre niveau de compétence et à votre disponibilité pour gérer vos placements.

À savoir : La gestion libre est généralement disponible dans la plupart des contrats, tandis que la gestion sous mandat et la gestion conseillée sont moins fréquentes. Par ailleurs, la gestion sous mandat peut entraîner des frais de gestion supplémentaires.

Une fois votre contrat choisi avec le plus grand soin, votre assurance-vie commencera à vous rapporter de l’argent. Il faudra toutefois être particulièrement attentif à la durée de placement et aux conditions de rachat pour vous assurer de bénéficier du régime fiscal le plus avantageux possible.

Assurance-vie : Quelle est sa fiscalité ?

Vous le savez sûrement mais l’un des plus grands atouts de l’assurance-vie réside dans sa fiscalité allégée.

Les conditions d’application de la règle fiscale de l’assurance-vie dépendent toutefois de plusieurs facteurs, tels que :

  • la durée de détention du contrat,
  • l’âge du souscripteur lors des versements,
  • les dates de versement,
  • et le(s) bénéficiaire(s) des versements.

Ce petit tableau vous aidera à avoir un aperçu complet des règles applciables.

Imposition des gainsVersements effectués depuis le 27/09/2017 (PFU)Retrait < 8 ans : 12,8% + 17,2% prélèvements sociaux.
Retrait ≥ 8 ans : 7,5% (si < 150 000 €) + 17,2% prélèvements sociaux.
Versements effectués avant le 27/09/2017Barème progressif de l’impôt sur le revenu ou Prélèvement Forfaitaire Libératoire.
Fiscalité en cas de décèsConjoint ou partenaire de PACSExonération des droits de succession.
Souscripteur < 70 ans lors des versementsAbattement de 152 500 € par bénéficiaire, puis taxation à 20% pour la part taxable.
Souscripteur ≥ 70 ans lors des versementsAbattement de 30 500 €, puis les capitaux versés sont intégrés dans l’actif successoral (les intérêts capitalisés sont exonérés).

Comme vous pouvez le constater, le régime fiscal de l’assurance-vie est particulièrement généreux. Mais ce n’est pas le seul avantage lié à ce placement.

Quels sont les avantages de l’assurance-vie ?

L’assurance-vie présente de nombreux atouts. Il n’y a donc rien d’étonnant à ce que ce placement attractif soit utilisé tant pour épargner que pour préparer l’avenir.

Parmi les principaux atouts de ce produit d’épargne on trouve notamment :

  1. La flexibilité : L’assurance-vie vous permet d’investir dans différents supports, tels que les fonds en euros et les unités de compte, en fonction de vos objectifs et de votre appétit pour le risque.
  2. La disponibilité : Votre argent n’est pas bloqué, et vous pouvez effectuer des retraits (rachats) à tout moment.
  3. Un régime fiscal avantageux : Les gains en assurance-vie bénéficient d’une imposition plus douce après 8 ans de détention, avec une imposition réduite sur les intérêts générés.
  4. Une optimisation de la transmission patrimoniale : L’assurance-vie permet une transmission du capital dans des conditions fiscales favorables et offre la liberté de choisir les bénéficiaires.
  5. La diversification : Les contrats d’assurance-vie multisupports offrent une large gamme d’investissements pour diversifier votre épargne et optimiser votre rendement.
  6. L’absence de plafond : Aucun plafond de versement n’est imposé pour l’assurance-vie, ce qui vous permet d’épargner sans contrainte.
  7. La simplicité administrative : Aucune déclaration fiscale n’est nécessaire tant que vous ne procédez pas à un rachat.

S’il est vrai que les atouts de l’assurance-vie ont de quoi séduire, ce placement n’est pas non plus sans inconvénients. Il est donc important de les connaître pour s’assurer que cette solution vous convient.

Quels sont les inconvénients de l’assurance-vie ?

L’assurance-vie est un placement intéressant, mais il vient avec quelques inconvénients qu’il vaut mieux connaître avant de se lancer pour prendre une décision éclairée.

Parmi les inconvénients majeurs de ce type de placement on note que :

  1. C’est un investissement à long terme : L’assurance-vie est idéale pour l’épargne à long terme, mais si vous avez besoin de votre argent rapidement, il peut ne pas être le meilleur choix.
  2. Il y a des frais : Ces frais peuvent diminuer la rentabilité de votre investissement.
  3. Les rendements sont aléatoires : Les performances de votre placement peuvent être fluctuantes au fil du temps, surtout si vous investissez en unités de compte.
  4. Il y a un risque de perte en capital : Dans les contrats multisupports où vous investissez en unités de compte, votre capital n’est pas garanti et vous pouvez perdre de l’argent en cas de mauvaise performance des marchés financiers.
  5. Il y a un délai pour profiter pleinement des avantages fiscaux : Même si les fonds sont disponibles à tout moment, il est recommandé d’attendre au moins 8 ans avant de faire un retrait (rachat) pour bénéficier des abattements fiscaux.
  6. Il faut choisir le bon contrat : Il est essentiel d’être attentif aux différentes options et frais associés aux contrats d’assurance-vie avant de s’engager afin d’optimiser vos gains et éviter les mauvaises surprises.

Après avoir attentivement pesé le pour et le contre, vous êtes persuadé(e) que l’assurance-vie est le placement fait pour vous ? Vous voulez souscrire ? Alors voyons comment faire.

Comment souscrire une assurance-vie ?

Souscrire une assurance-vie est assez simple. Il suffit juste de bien se préparer et de suivre quelques étapes précises.

Voici comment fait pour souscrire un contrat d’assurance-vie en toute sérénité :

Étape 1 – Définissez vos objectifs et votre profil d’épargnant : Pour choisir le contrat d’assurance-vie adapté à vos besoins, il est important de déterminer précisément :

  • vos objectifs financiers (préparer votre retraite, financer un projet…),
  • et votre profil d’épargnant (tolérance aux risques, horizon d’investissement…).

Étape 2 – Comparez les contrats d’assurance-vie : Prenez le temps d’étudier et comparer plusieurs contrats d’assurance-vie.

  • Analysez les frais,
  • le rendement des fonds en euros et unités de compte,
  • ainsi que les options de gestion proposées.

Étape 3 – Choisissez un distributeur : Vous pouvez souscrire une assurance-vie auprès de différents distributeurs tels que :

  • les assureurs,
  • les mutuelles,
  • les banques,
  • les courtiers en ligne,
  • ou les conseillers en gestion de patrimoine.

Chaque distributeur a ses propres offres et conditions, alors assurez-vous de choisir celui qui répond le mieux à vos attentes.

Étape 4 – Préparez les documents nécessaires : Pour souscrire un contrat d’assurance-vie, vous devrez fournir plusieurs documents, dont :

  • Une pièce d’identité en cours de validité (carte nationale d’identité, passeport…).
  • Un justificatif de domicile (facture d’électricité, de gaz, de téléphone fixe ou mobile, quittance de loyer…).
  • Un RIB (Relevé d’Identité Bancaire) pour effectuer les versements et prélèvements.

Étape 5 – Remplissez le formulaire de souscription : Le distributeur vous fournira un formulaire de souscription à compléter avec vos informations personnelles, votre situation financière et les types de risques consentis.

Ce formulaire à remplir sur papier ou en ligne inclut également la “clause bénéficiaire”, où vous désignez les personnes qui recevront le capital en cas de décès.

Étape 6 – Effectuez un premier versement : Vous devrez effectuer un premier versement pour activer votre contrat d’assurance-vie. Le montant minimum varie selon les contrats, mais il est généralement compris entre 100 et 500 €.

Étape 7 – Suivez l’évolution de votre placement : Une fois le contrat d’assurance-vie souscrit, n’oubliez pas de suivre régulièrement l’évolution de votre épargne et d’effectuer des ajustements si nécessaire (versements supplémentaires, arbitrages entre supports…).

En respectant ces étapes clés, vous pouvez souscrire une assurance-vie en toute simplicité et optimiser la gestion de votre épargne pour atteindre vos objectifs financiers.

L’assurance-vie en résumé : points essentiels à retenir

En résumé, l’assurance-vie est un produit d’épargne incontournable pour les épargnants qui souhaitent investir sur le long terme tout en bénéficiant d’un régime fiscal avantageux.

Voici un récapitulatif des points essentiels à garder en tête :

  • L’assurance-vie est un contrat d’épargne qui permet de se constituer un capital en effectuant des versements libres ou programmés.
  • Elle offre une grande flexibilité, avec la possibilité de choisir entre différents supports d’investissement (fonds en euros, unités de compte) et options de gestion (libre, sous mandat, conseillée).
  • La fiscalité de l’assurance-vie est avantageuse après 8 ans de détention, avec une imposition réduite sur les gains générés et une transmission patrimoniale facilitée.
  • Le choix du contrat et du distributeur est crucial pour optimiser la rentabilité de votre placement. Prenez le temps de comparer les offres et les frais associés, et n’hésitez pas à demander conseil à un professionnel si vous avez des questions ou des besoins spécifiques.
  • Les fonds investis dans un contrat d’assurance-vie sont disponibles à tout moment, mais il est recommandé d’adopter une perspective à long terme pour profiter pleinement des atouts que peut offrir ce produit d’épargne.
  • Les gains issus de versements effectués avant le 27/09/2017 sont imposés selon le barème progressif de l’impôt sur le revenu.

En gardant ces points clés en tête, vous serez mieux équipé(e) pour choisir le contrat d’assurance-vie qui correspond à vos objectifs financiers et à votre profil d’épargnant, tout en tirant profit des avantages offerts par ce placement.

Des questions ? On vous répond !

Quel est l’intérêt d’une assurance-vie ?

L’assurance-vie permet de :

  • Préparer sa retraite,
  • Epargner pour préparer un projet,
  • Préparer la transmission de son patrimoine,
  • Profiter d’une fiscalité avantageuse.

Quel est le montant maximum que l’on peut mettre sur une assurance-vie ?

Il n’existe pas de montant maximum pour une assurance-vie. Vous pouvez donc y placer tout l’argent que vous souhaitez. Il y a cependant des plafonds au-delà desquels les avantages fiscaux s’estompent :

  • 152 500 € : c’est le montant de l’abattement maximum dont peut profiter chaque bénéficiaire en cas de succession.
  • 30 500 € : c’est l’abattement maximal en cas de versement après 70 ans.
  • 4 600 € : c’est le montant de l’exonération fiscale possible chaque année après 8 ans.
  • 150 000 € : c’est le seuil en deçà duquel vos revenus d’assurance-vie bénéficient d’une imposition avantageuse (7,5 % au lieu de 12,5 %).

Qui touche l’assurance-vie en cas de décès ?

En cas de décès ce sont le / les bénéficiaires désignés qui touchent l’assurance-vie. Le bénéficiaire peut être un parent, un proche ou une personne morale.

Conseils & Actus

Nos derniers articles

Crédit immobilier : Vous pourrez emprunter avec un moins gros apport personnel en 2024 !

L’accession à la propriété est un rêve pour de nombreux Français. Mais entre les prix élevés de l’immobilier et les ...

Crédit immobilier : Est-il possible de devenir propriétaire avec un SMIC en 2024 ?

Acheter un logement lorsque l’on gagne le SMIC est-il encore possible en 2024 ? Alors que les taux sont particulièrement ...

Succession : Bientôt la fin des frais bancaires sur les héritages inférieurs à 5 000 € ?

Les frais bancaires liés aux successions sont depuis longtemps décriés par les associations de consommateurs. Mais une proposition de loi ...

G&P vous aide à comprendre les aspects importants de la gestion de patrimoine.

Resources

Blog